100% BRUSSELS

Nous sommes quand même tous des Bruxellois

Rassembler les Bruxellois est la clé pour faire bouger Bruxelles. Le sp.a opte pour une Bruxelles ouverte, viable et multilingue, avec une grande attention pour des structures fortement simplifiées, la mobilité, l’enseignement et la culture taillés sur mesure pour Bruxelles, les opportunités à offrir et à saisir, la collaboration et la rencontre.

Bruxelles est multilingue et internationale. La langue ne peut diviser, car elle ne détermine plus l’identité. C’est la raison pour laquelle il est inacceptable que les gens doivent choisir entre des communautés linguistiques. « Cela deviendrait des choix ethniques qui créeraient une espèce de subnationalité. Bruxelles deviendrait alors Sarajevo ou Beyrouth ». Le multilinguisme doit avoir une place dans une politique culturelle propre à Bruxelles et dans l’enseignement bruxellois des Communautés.

Bruxelles est aussi une ville riche, tandis que les Bruxellois ne le sont pas. Bruxelles doit devenir une ville qui redistribue les chances, par exemple par un enseignement et une formation sur mesure. «Bruxelles doit redevenir une ville équitable qui ne connaît pas de frontières entre communes riches et pauvres, mais jette des ponts entre quartiers riches et pauvres. Une ville qui impose le respect pour la diversité au sens large, qui garantit un habitat sûr, qui donne un avenir à ses enfants, qui offre des chances et exige des responsabilités de ses jeunes. »

Bruxelles doit aussi devenir une Ville-Région autonome unique, avec des compétences convergentes de ville et de région organisées de façon claire et efficace, avec les mêmes droits et obligations pour tous ceux qui y vivent. Avec une seule politique d’intégration civique, une seule politique d’activation, un seul guichet pour les permis et autorisations, un seul CPAS, une seule société de logement social, une seule zone de police.

Notre Bruxelles a besoin d’un mouvement urbain. Ce mouvement urbain est un peu rouge, un peu bleu, un peu vert, mais surtout 100 % Bruxelles.

 

Connecting Opportunities

De mechanismen van ongelijkheid zijn gekend. Een beleid dat streeft nar gelijkheid, negeert het verschil in indivueel talent niet, en ontslaat mensen niet van individuele verantwoordelijkheid.

Als we de banken kunnen reden, kunnen we ook voor zorgen dat zoveel mogelijk kinderen zoveel mogelijke kansen krijgen om noet arm te worden of om uit de armoede te geraken.

Connecting Identities

Ce qui relie les Bruxellois n’est pas un passé commun mais l’avenir de la ville. Cela implique que les Bruxellois doivent être le plus nombreux à voter, même les expatriés.

Cela signifie que ceux qui votent à Bruxelles doivent pouvoir voter pour des partis bilingues et que la langue dans laquelle on vote ne détermine pas la langue du parti pour lequel on vote.

Connecting Langagues

The language barometer is not a measure of the Flemish in Brussels but a barometer for Brussels itself. It tells us and our French speaking friends that our educational system fails to make the children of Brussels true inhabitants of Brussels.

That the way we think , shape and govern “Brussels” can no longer be done using methods of the past.

Innovating Connections

Bruxelles peut jouer un rôle moteur pour les réseaux créatifs, dans l’échange de connaissances et d’expertise, en optant pour la numérisation, le plurilinguisme, la logistique, la mobilité des idées et des personnes.

Pas tant pour enrichir les gens mais la communauté grâce à des produits et des programmes qui rendent nos villes et nos jeunes autonomes.

Latest posts from my blog

Connecting Brussels

Read the online book